“A découvrir…”, Saint-Gaudens

Slide backgroundSlide thumbnail Situé dans un cadre historique, le projet doit s'y insérer harmonieusement. Un exemple avec ce traitement tripartite typique des maisons de Saint-Gaudens.
Slide backgroundSlide thumbnail

Vue de la place Saint-Jean. Le projet se glisse harmonieusement entre les maisons faubouriennes. Les lames de bois verticales invitent à l'entrée.

Slide backgroundSlide thumbnail

Une fois à l'intérieur en revanche, on découvre une toute autre ambiance, un autre monde, créant l'impression de découverte.

Slide backgroundSlide thumbnail

La "rue" qui relie la cour intérieur au boulevard se prolonge au sud jusqu'à un espace vert, véritable balcon sur le paysage pyrénéen.

Slide backgroundSlide thumbnail

Le projet s'inscrit dans le maillage de placettes du centre et relie les entités fédératrices du lieu: le paysage pyrénéen au sud (parc) et la Collégiale à l'Est.

Slide backgroundSlide thumbnail

Résumé de l'analyse de site et enjeux pour le projet

Slide backgroundSlide thumbnail

Les 3 principaux axes du projet.

Slide backgroundSlide thumbnail

Organisation générale. Les différentes entités sont bien distinctes et chacune desservie par la petite place intérieure, coeur du projet.

Slide backgroundSlide thumbnail

Un différentiel de niveau de 5m existe entre le boulevard au sud et la place à l'est. Le projet tire partie de cette contrainte par une ascension "par paliers".

 


- Type: Centre culturel comprenant: médiathèque, école de musique, auditorium et espace muséal
- Lieu: Saint-Gaudens, centre historique
- Surface: 2346 m² (surface utile)
- Cadre de réalisation: Projet de fin d’études (PFE)
.
Le centre culturel inclue une médiathèque, une école de musique, un auditorium et un espace muséal. Inscrit dans le centre ancien de Saint-Gaudens, le projet joue la carte de l’insertion, tant en façade, qu’en volumétrie, ou encore de manière symbolique.
La façade sud reprend la division tripartite des maisons ordonnancées du boulevard et revêt un attique (élément typique de la maison saint-gaudinoise), tandis que la composition est plus modeste à l’Est, en lien avec les maisons en bande. Le traitement contemporain permet par ailleurs d’imposer l’édifice et de marquer son caractère public.
Une maison existante est conservée, réinvestie et accueille une partie de la médiathèque. L’extension créée joue sur un effet miroir. Elle est une réinterprétation contemporaine de son double ancien.
.
Une cour ainsi que des passages ouverts en cœur d’îlot permettent au projet de s’ouvrir sur l’extérieur et de lui donner une échelle urbaine. Pour 2 raisons:
- Les passages sont dans le prolongement de la collégiale à l’Est (histoire de la ville) et au paysage au Sud (un réaménagement du parking en belvédère est réalisé dans ce but). Le projet est alors le point de concourance des 2 éléments symboliques du site.
- Les passages et la cours s’écrivent en prolongement du maillage de places et de rues qui fait la qualité principale du centre ancien. Les passages deviennent alors eux-aussi des rues ouvertes et la cours une place publique. Le projet passe à une échelle supérieure.
.
Enfin, le projet s’inspire d’une qualité propre au tissu dense ancien: l’effet de redécouverte. Les rues non rectilignes donnent lieu à la découverte “au dernier moment” de places aux ambiances variées. Le même effet se produit dans les intérieurs d’îlot privé, au traitement bois bien distinct du traitement minéral sur rue. La cour intérieure proposée dans le projet recrée cette sensation par un traitement contemporain bois. On découvre une nouvelle ambiance, auparavant cachée.

1. L’effet de découverte en architecture
Contenu en cours de rédaction.
2. L’architecture contextuelle
Contenu en cours de rédaction.